Sblocca

logout

Inserisci qui sotto il codice di sblocco

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque consequat odio vel dolor volutpat et varius ligula tristique. Curabitur lacinia porttitor lorem, non venenatis massa molestie sed. Etiam nunc tellus, tempus a sagittis eu, egestas non lorem. Etiam adipiscing, turpis eu consectetur vestibulum

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque consequat odio vel dolor volutpat et varius ligula tristique. Curabitur lacinia porttitor lorem, non venenatis massa molestie sed. Etiam nunc tellus, tempus a sagittis eu, egestas non lorem. Etiam adipiscing, turpis eu consectetur vestibulum
imparosulweb

Didattica digitale integrata

Il portale a sostegno della didattica digitale integrata, con proposte per lo studio autonomo e contenuti per il consolidamento, il ripasso e l’inclusione; i materiali sono organizzati in nuclei fondamentali, anche per facilitare il recupero degli argomenti non svolti, come segnalato nel PIA

Avec le Coronavirus la nature reprend sa place

Avec le Coronavirus la nature reprend sa place

En France, mais aussi en Chine, en Italie et dans un grand nombre de pays, le confinement[1] et la quarantaine sont considérés des armes indispensables pour limiter l’impact du Coronavirus.

Les conséquences de cet arrêt[2] de l’activité humaine sont nombreuses: en ville les places sont vides[3], les rues sont plus calmes, il y a moins de circulation automobile et moins de pollution[4] mais surtout… la nature reprend sa place et les animaux se réapproprient des espaces urbains.

Les oiseaux qui vivent dans les parcs urbains (comme les pigeons, les merles ou les moineaux) sont moins dérangés[5] par les bruits[6] de la ville et par conséquent ils chantent beaucoup plus qu’avant. En outre, dans les parcs et dans les jardins les pelouses[7] non tondues[8] fleurissent et attirent les abeilles et les papillons.

À Paris, les canards ne restent plus le long de la Seine mais ils se promènent dans les rues. À Barcelone, on a aperçu[9] des sangliers en liberté et à Madrid des paons à la recherche de nourriture[10]. Un jeune puma s’est aventuré dans les rues de Santiago du Chili et une habitante de Calgary a même vu un coyote s’amuser devant sa maison.

À la campagne aussi, la faune sauvage est plus nombreuse que d’habitude parce que le confinement a mis fin à la saison de la chasse et il est donc plus facile de croiser un renard, un hérisson, un cerf ou un ours. À la montagne, on a vu un loup se promener sur les pistes de ski à Couchevel, dans les Alpes. En Méditerranée, se rassemblent des groupes de dauphins et deux rorquals ont été observés dans le Parc National des Calanques, près de Marseille, alors que des requins ont été aperçus dans la rade de Brest, en Bretagne.

Au temps du confinement les animaux osent donc à nouveau s'aventurer sur des territoires d'habitude occupés par les humains, tandis que[11] les humains prennent plus le temps pour observer la nature et pour la redécouvrir[12].


Claudia Casazza



[1] Le confinement : il confinamento/l’isolamento
[2] L’arrêt : l’arresto/la fermata
[3] Vide : vuoto
[4] La pollution : l’inquinamento
[5] Dérangé : disturbato
[6] Le bruit : il rumore
[7] La pelouse : il prato
[8] Tondu : falciato/tosato
[9] Aperçu : scorto/avvistato
[10] La nourriture : il cibo
[11] Tandis que : mentre
[12] Redécouvrir : riscoprire

File da scaricare